Découvrez, à 8 km à la ronde, tous les lieux d’intérêt, les circuits, les hébergements, les événements, les activités, les offices du tourisme, les producteurs locaux…

Sélectionner le fond de carte
PLAN IGN
PLAN IGN
PHOTOS AERIENNES / IGN
PHOTOS AERIENNES / IGN
CARTES MULTI-ECHELLES / IGN
CARTES MULTI-ECHELLES / IGN
TOP 25 IGN
TOP 25 IGN
CARTES DES PENTES
CARTES DES PENTES
PARCELLES CADASTRALES
PARCELLES CADASTRALES
CARTES AÉRONAUTIQUES OACI
CARTES AÉRONAUTIQUES OACI
CARTES 1950 / IGN
CARTES 1950 / IGN
CARTE DE L'ETAT-MAJOR (1820-1866)
CARTE DE L'ETAT-MAJOR (1820-1866)
CARTES LITTORALES / SHOM/IGN
CARTES LITTORALES / SHOM/IGN
SCAN EXPRESS STANDARD / IGN
SCAN EXPRESS STANDARD / IGN
SCAN EXPRESS CLASSIQUE / IGN
SCAN EXPRESS CLASSIQUE / IGN
OPEN STREET MAP
OPEN STREET MAP
GOOGLE MAP - SATELLITE
GOOGLE MAP - SATELLITE
GOOGLE MAP - PLAN
GOOGLE MAP - PLAN
GOOGLE MAP - HYBRIDE
GOOGLE MAP - HYBRIDE
IGN BELGIQUE
IGN BELGIQUE
Image du poi
Église Notre-Dame de Fontaine-Le-Bourg

L'église Notre Dame de Fontaine le Bourg possède un plan en croix latine. L'abside est du XIe siècle., la nef et le clocher datent du XVIe siècle. Un baptistère du XIIIe siècle est situé à l'entrée de l'église. Au fond de l'abside se trouvent quelques chapiteaux des débuts de l'art roman en Normandie.

389 Rue Delamare Deboutteville 76690 Fontaine-le-Bourg
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
Image du poi
Église Notre-Dame-de-l'Assomption

L'origine de cette l'église est attestée dans un document de l'an 990, dans lequel Richard 1er offre, parmi douze églises, Sancta Maria de Wasto (nom primitif de Fontaine-le-Bourg) à l'abbaye de la Trinité de Fécamp, échappant ainsi à la juridiction de l'archevêque de Rouen. Quelques rares chapiteaux romans sont d'origine. Le 7 décembre 1627, le clocher est ruiné par la foudre. Sur sa base conservée, un toit très bas est installé. L'église n'est restaurée qu'au milieu du xixe siècle par l'architecte Couillard. Le clocher est réhabilité en 1885 grâce à la contribution de la famille Delamare Debouteville et à une aide du département.

389 Rue Delamare Deboutteville 76690 Fontaine-le-Bourg
- Ar-Sparfel -
- Ar-Sparfel -
Image du circuit

Boucle G " Dans bois et plaines "

Edouard Delamare Deboutteville (1865-1901) "le père de l'automobile moderne".
C'est à Fontaine-Le-Bourg, village traversé par la rivière du Cailly, que l'automobile est née. En déposant le 12 février 1884 un brevet pour un moteur à gaz perfectionné et ses applications, notamment pour une voiture à quatre roues, l'ingénieur Edouard Delamare Deboutteville âgé alors de 27ans et son chef mécanicien Léon Malandin marquaient la naissance de l'automobile moderne. Leurs ateliers étaient situés dans la propriété du Château de Mont-Grimont.

En suivant le balisage bleu de cette boucle, vous serez amené à découvrir les ruelles de Fontaine-Le-Bourg ainsi que les différents hameaux qui l'entourent. Vous croiserez sur le chemin la rivière du Cailly, ainsi que différents châteaux privés et un amphithéâtre gallo-romain recouvert par la végétation.

La légende de Saint-Georges
Au bas du vallon qui descend du Varat vers la vallée du Cailly, jaillit une source appelée fontaine Nourrice.
Une légende raconte que Saint-George vint ici à la tête d'une armée de 6000 soldats, vers l'an 275. C'était en plein été et la chaleur était intense. Beaucoup de soldats accablés mouraient assoiffés. Saint-Georges frappa le sol de son épée et fit jaillir une source à laquelle s'abreuva son armée, d'où son nom de Fontaine Nourrice.
La statue de Saint-Georges est visible dans l'église de Saint-Georges-sur-Fontaine.

15 km
3h 30m
Modéré
377 Rue Delamare Deboutteville 76690 Fontaine-le-Bourg
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
Image du poi
Le Moulin de la Nation

Au bord du Cailly, petit affluent de la Seine, et à l’entrée ouest du village, se dresse la bâtisse plus que centenaire d’un ancien moulin à blé. Cette bâtisse, toujours flanquée de la roue à aubes qui actionnait les meules, repose sur d’importants blocs de grés. Elle s’élève sur trois étages et ses murs, constitués de deux types de briques, témoignent des différentes phases de reconstruction et d’agrandissement effectuées au cours du XIXe siècle. En effet, sur cet emplacement existait déjà un vieux moulin qui avait appartenu sous l’ancien régime aux Abbés de Fécamp, puis à la nation française consécutivement à la confiscation des biens du clergé pendant la révolution (1789 – 1799), d’où l’origine de son nom.
Remis en vente en 1807 par la caisse d’amortissement du Domaine Impérial (1), il fût acquis, la même année, par le Sieur David Dubuc, fabricant à Rouen. D’autres propriétaires lui succédèrent qui entreprirent soit les travaux de reconstruction, soit les travaux d’agrandissement tel que François Vendémiaire Delamare (2). L’un d’entre eux (Mme Vve Edet) obtint l’autorisation d’utiliser la force hydraulique par ordonnance du roi Louis Philippe datée du 16 février 1846.
Malgré tous les efforts de modernisation faits par les différents meuniers et notamment par le dernier, Pierre Acloque, le moulin cessa définitivement de produire de la farine en 1958. Il est maintenant dépourvu de tout matériel de meunerie, mais subsiste encore la roue à aubes en parfait état de fonctionnement. Celle-ci est reliée par l’intermédiaire de plusieurs organes de transmission à un générateur lequel peut fournir occasionnellement de l’électricité.
Pour entrer un peu dans les détails techniques, la roue est du type « de côté », elle mesure 5 m de diamètre et 1,20m de large. Elle est principalement métallique à l’exception des 40 aubes qui sont en bois de différentes espèces (chêne, acacia, azobé). Elle tourne normalement à 4 tr/ min. et entraîne directement sur son axe un rouet de fosse équipé de dents en bois de charme. L’ensemble de transmission constitué d’un pignon complémentaire droit, de deux poulies à gorge et quatre poulies plates permet d’obtenir une vitesse de rotation finale de 1 000 tr/min. La hauteur de chute étant de 1,70 m et le débit de la rivière estimé à 300 l /s, la puissance maximale utile est de l’ordre de 3kW.
Progressivement restauré en habitation, il est devenu depuis mai 2010 un pittoresque et confortable gîte rural pouvant accueillir 6 à 8 personnes. Sa majestueuse roue contribue au charme du site et les engrenages intérieurs associés à la génératrice d’électricité protégée par un dispositif de sécurité très particulier font l’étonnement de tous !

(1) Recherches effectuées par Alain Dugard, historien local

(2) Père d’Edouard Delamare-Deboutteville, inventeur de l’automobile moderne

195 Sentier aux Mulets 76690 Fontaine-le-Bourg
- Ar-Sparfel -
- Ar-Sparfel -
Image du poi
Château de Mont-Grimont (édifice privé)

Rendez-vous sur le site : www.montgrimont.com/
Vous y trouverez toutes les informations historiques du site, à ne pas manquer!

Le Mont Grémont 76690 Fontaine-le-Bourg
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
Image du poi
La chapelle Saint-Austreberthe (édifice privé)

Côte de Sainte-Austreberth 76690 Fontaine-le-Bourg
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
Image du poi
Canaletto

Notre maison est installée en Normandie, dans d'anciens communs d'un château aujourd'hui disparu. Le gîte est aménagé à l'étage de la maison, avec un accès indépendant, par l'escalier sur le pignon. Vous disposez également d'une terrasse dédiée au bord de la rivière Le Cailly). Ici, un havre de paix pour les gourmands et les gourmets : ateliers culinaires, table d'hôtes, produits du terroir, et même de notre potager !


Mesures prises pour la protection des visiteurs :

Désinfection et aération du gîte après chaque réservation

49.5596284, 1.134793
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
Image du poi
le Château de Gouville (propriété privée)

Gouville fut construit en 1840 et racheté par Adrien de Germiny en 1854. Héritier d’une lignée de grands serviteurs de l’Etat, il est Receveur Général des Finances de la Seine Inférieure et Régent de la Banque de France en 1864. En 1870, l'armée française est défaite à Sedan et la France est soumise à l’occupation prussienne. Les caisses de l’Etat sont vides et le gouvernement de la Défense Nationale doit faire face aux dommages de guerre et au réarmement. C’est alors que Gambetta fait appel à Adrien de Germiny, financier avisé et reconnu, pour négocier avec le gouvernement Anglais un emprunt de 250 millions de francs...
A Gouville, Adrien de Germiny fait creuser un étang alimenté par de nombreuses sources, transforme un ancien moulin en établissement de pisciculture. Amateur de botanique, il installe une vingtaine de serres pour cultiver des espèces rares, créé un jardin potager qui donne des fruits en toutes saisons. Aménagé au milieu du XIX siècle et totalement préservé, le parc à l’anglaise de vingt hectares est un havre de calme et de sérénité.

76690 Claville-Motteville
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
Image du poi
Haras du Bourg

Le Haras du Bourg est une entreprise familiale depuis 1925. A cette date, la famille Cartenet arrive à Saint Georges sur Fontaine afin de créer un centre d'élevage pour chevaux de courses de trot.

C'est une petite pension de propriétaire. La multiculture des installations fait la particularité du Haras du Bourg avec :

-une piste de galop tous temps longue de 800 mètres.
-une ligne droite
-une piste ronde en salle
-une carrière de 100 X 80 m (arrosée et drainée)
-une carrière de 55 X 35 m
-une carrière de 45 X 27 m
-un marcheur de 6 places
-un manège 30 X 20 m
-des obstacles de cross
-de nombreux paddocks
-douche, solarium

25 Rue du Bout d'Aval 76690 Saint-Georges-sur-Fontaine
- Ar-Sparfel -
- Ar-Sparfel -
Image du poi
Le château du Varat (édifice privé)

Le château du Varat est situé à la limite des communes de Saint Georges et de Claville-Motteville. Le domaine avec ses deux fermes, ses bois, son hameau du Val Vendard et la ferme de la Vastine constituait un domaine qui s'étendait sur 150 hectares au XVIII e siècle.
La famille "Du Varat" donna son nom au domaine au début du XVI e siècle puis le céda aux" Saint-Laurent" en 1548.
La famille Laudasse racheta le domaine au 18e siècle et restera au Varat jusqu'en 1792. C'est Nicolas Laudasse qui fit dresser le plan actuel du château en 1779 puis qui reconstruit presque tout le château en 1785. La date figure sur la façade sud. Les armes de la famille figurent sur les plaques des cheminées du château.

76690 Saint-Georges-sur-Fontaine
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
Image du poi
Chapelle Saint-Adrien du Bosc-Théroulde (édifice privé)

Cet édifice de plan allongé possède une petite nef se terminant par un choeur polygonal. Percé de baies en plein cintre, les murs sont en briques, silex et enduit. L'édifice est coiffé d'un toit à longs pans en ardoise ou en zinc de couverture.
Petit clocher

Le Bosc Theroulde 76710 Bosc-Guérard-Saint-Adrien
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
Image du poi
Ancienne chapelle du collège de Normandie (édifice privé)

La chapelle dispose d'une inscription aux Monuments Historiques de France par arrêté du 15 janvier 1975
Oeuvre de l'architecte Pierre Chirol, elle fut bâtie en 1927.

Le domaine du Fossé : l’ancien Collège de Normandie a ouvert ses portes en 1902. Le collège était alors un établissement d’avant-garde, destiné à former la future élite politique et économique du pays. Des maisons avaient été spécialement conçues pour les étudiants. Le domaine a été occupé par les allemands lors de la seconde Guerre Mondial, une rampe de lancement V1 y fut installée.

Aujourd’hui la maison des Tilleuls subsiste toujours ainsi que la chapelle et le colombier. Le domaine du Fossé accueille désormais un institut pour enfants handicapés : l'AMER (association médico-éducative rouennaise) au centre Dominique Lefort.

18 Rue Tourelle 76690 Mont-Cauvaire
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
Image du poi
Cirque gallo-romain (propriété privée)

Sur cette propriété privée, on devine l'emplacement d'un cirque gallo-romain. Effectivement, Cailly et Saint-André sur Cailly ont été par le passé, le lieu d’une forte présence romaine : il n’est pas possible d’exclure l’histoire romaine de Saint André de celle de Cailly, tant les deux sont liées.


Ainsi, d’après Wilhem Martin dans son ouvrage intitulé : « Recherche sur les voies romaines de la Seine Inférieure », pas moins de 6 voies romaines en provenance de Rouen, Lillebonne, Arques, Amiens, Paris, Radepont, Beauvais convergeaient vers ces localités. De plus des voies de jonction entre ces différents tracés pouvaient permettre de gagner quelques kilomètres pour aller de l’une à l’autre des voies et éviter ainsi de très couteux efforts, en contournant autant que faire se peut, la descente vers la vallée du Cailly puis sa remontée.

Les communes de Saint-André sur Cailly-et Cailly devaient être considérées, selon l’abbé Cochet, comme « un seul point antique ». Si des ruines romaines et un trésor furent découverts à Cailly, d’autres ruines et trésors bien plus importants furent découverts à Saint-André pour la plus grande partie au XIXème siècle.
On y retrouva des pièces de monnaies, de la mosaïque, des cercueils de pierre, des colonnes hautes de 4 mètres...
Mais ce qui retient surtout l’attention, c’est la présence d’un amphithéâtre romain de vaste dimension (70 mètres par 46) reconnu dès 1817, et visité en 1864 par l’abbé Cochet. Il est comparé, par les spécialistes, au théâtre romain de Lillebonne ou à celui de Jublains dans la Sarthe.

En 1870, après avoir recueilli des fonds, l’abbé Cochet put commencer des fouilles qui furent assez vite interrompues à la demande du fermier exploitant. Il fut alors obligé de remblayer ses tranchées. Il découvrit malgré tout le mur de pourtour (précinction) d’une longueur de 150 mètres environ pour une épaisseur d’un mètre 50. Le fond de la maçonnerie était en silex et recouvert de tuf identique au théâtre de Lillebonne, des arènes de Paris ou de Senlis. L’ouverture de la scène est de 79 mètres d’un podium à l’autre. Appuyée sur ces podiums, une grande loge (cunéus) devait dominer toute la cavée, avec un passage (vomitoire). Le théâtre était destiné à recevoir une immense population.

Il découvrit également quelques monnaies et un cercueil plutôt de l’époque franque.

Il regretta amèrement de ne pas avoir pu poursuivre ses fouilles en espérant qu’elles puissent être reprises plus tard, ce qui n’a pas été fait jusqu’à présent (2010).

Pour plus d'informations n'hésitez pas à vous rendre sur le site suivant: www.commune-cailly.fr/

732 Rue du Bout Levet 76690 Saint-André-sur-Cailly
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
Image du poi
Eglise Saint-Martin

L'Eglise possède un plan en croix latine à un vaisseau, une nef qu'entrecoupe un transept, des baies en plein cintre ponctuent les élévations. Le clocher et sa flèche polygonale en ardoise dominent les toits à double pente. La façade est ornée de motifs géométriques.

5 Route de Clères 76690 Mont-Cauvaire
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
Image du circuit

Boucle D " Le double four à pain "

En suivant le marquage bleu, vous découvrirez de nombreuses bâtisses anciennes, des fermes, des villages ainsi que le patrimoine naturel qui constituent notre territoire.

Vous remarquerez le four à pain de Mont-Cauvaire qui date du début du 19e siècle et qui a la particularité d'être double, il permet ainsi de faire cuire le pain d'un côté et les pâtisseries de l'autre.
Le four nécessite d'être mis en chauffe, au moyen de bois et brindilles, plusieurs heures avant la fournée. Celui-ci fonctionne toujours lors des différentes fêtes du village. La commune, propriétaire de l'ensemble du corps de ferme, a aménagé un gîte de groupe dans les anciens bâtiments.

Vous passerez aux abords du Jardin Ar'Home, du bourg de Montville (classé 4 fleurs), de son musée des Sapeurs-pompiers et de son espace de loisirs.
Vous apercevrez la Ferme des murs à la Launaye et son magasin d'antiquité.

Durant cette randonnée, vous vous approcherez aussi des clochers de Montville, d'Anceaumeville et de Mont-Cauvaire.

14 km
3h 30m
Modéré
2 Rue Placide Alexandre 76690 Mont-Cauvaire
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
Image du poi
Le double four à pain

Annexe du logis rural ou petit bâtiment isolé à cause du danger d’incendie pour les toitures de chaume environnantes, le four à pain se compose de deux parties solidaires : le fournil, qui est la pièce de travail avec une cheminée incorporée et la « motte », du four qui est la chambre de cuisson du pain.

La particularité du double four à pain de la ferme Raimbourg est justement qu’il est double : le plus grand permet de cuire une soixantaine de miches, et l’autre, plus petit, des pâtisseries. Il aurait été construit au XIXe siècle, pour les besoins d’un couvent de sœurs. Au fond de chaque four, on aperçoit à mi-hauteur une pierre à feu.
Celle-ci avait la propriété de changer de couleur aux environs de 250°, elle indiquait ainsi au boulanger qu’il fallait enfourner.

Ce double four à pain se trouve dans la cour-masure d’une ferme exploitée depuis 1929 par René Raimbourg, parent du comédien Bourvil, de son vrai nom André Raimbourg, et achetée par la commune en 1990.

Plusieurs fois par an, le double four à pain de Mont-Cauvaire est remis en marche. La cuisson de pains, tartes, brioches fait le plus grand plaisir des visiteurs.

Il est quelque fois possible de visiter le four et de pique-niquer sur l’herbe (autorisation à demander en mairie).
Renseignements : 02 35 33 23 89.

7 Rue Placide Alexandre 76690 Mont-Cauvaire
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
Image du poi
Ferme des Authieux

Ferme typique de l’Entre Caux Vexin située à 3 km de Clères, qui favorise en premier lieu les prairies et les cultures de plaine, puis dans les années 60 l’arboriculture fruitière.
C’est au cours des années 90 que la ferme s’ouvre au public en offrant un véritable marché fermier ouvert toute l’année.
Le maraîchage, la culture des fruits rouges et des fraises ont été mis en place à partir de l’année 2000.
Une large gamme de fruits et légumes peut être cueillie en « self cueillette » de mai à octobre au sein d'un grand jardin potager de vingt hectares, où les vergers de pruniers, de poiriers et de pommiers sont en conversion vers l’agriculture biologique.

INFOS PRATIQUES : VOIR SITE


**********
La cueillette fermera à partir du 15 Novembre.

- Le sol à l’accueil et lors du passage en caisse est marqué tous les mètres pour que chacun puisse conserver un espace barrière suffisant. Chacun doit respecter cette distance.
- Au magasin, l’entrée et la sortie sont séparées, certains espaces de circulation sont balisés strictement : il est interdit de circuler à contresens.
- Le nombre de personne par foyer peut être limité en fonction de la fréquentation de la cueillette.
Les périodes de la journée les moins fréquentées sont habituellement le matin de 9 heures à 10h30 et les après midi de 14h à 15 h et de 17h à 18h30.
- Le personnel de la cueillette est habilité à limiter le nombre de personnes entrant dans la cueillette et sur la même parcelle de récolte en fonction de la fréquentation. Le respect de leurs consignes est obligatoire.
- Les cueilleurs doivent respecter une distance d’au moins 1 mètre entre eux, en circulant ou en récoltant. Les récoltes en face à face sur la même rangée de cultures sont interdites.
- Du désinfectant et un point d'eau sont mis à disposition avant d'entrer à l'accueil pour les clients souhaitant utiliser une brouette.
- Pour la récolte de fleurs, des sacs emballages et des barquettes sont fournis.
- Les cueilleurs sont invités à se laver les mains à l'entrée de l'accueil.
- Le port du masque est recommandé, notamment dans la zone d'accueil-encaissement.
- Tout fruit ou légume manipulé par le client doit impérativement être récolté.
**********

Authieux-ratieville
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
Image du poi
UGOLF Rouen La Forêt Verte

En bordure de forêt le Golf de Rouen la Forêt Verte vous accueille dans un cadre paisible où amateurs et expérimentés pourront profiter de ce parcours légèrement vallonné de 18 trous avec 4 obstacles d'eau et plus de 50 bunkers.

Situé à proximité de la ville de Rouen, ce "golf de ville" vous offre sur place un bar et un restaurant, les Terrasses de la Forêt Verte, qui vous accueille 7 jours sur 7. Pour dîner sur place il est nécessaire de réserver à l'avance.

49.5469758, 1.1132347
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
- Office de tourisme Normandie Caux Vexin -
image_pdfimage_print